Tapez votre recherche

< Retour au blog

Cancer du sein : l'avenir du dépistage s'écrit-il à La Réunion ?

Le dépistage organisé du cancer du sein évolue, et c’est un succès partagé par les radiologues et le Centre de Coordination des Dépistages du Cancer (CRCDC) de La Réunion.

Le 19 avril dernier, le Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) TESIS, GRADeS océan Indien, et le CRCDC Réunion ont remis des conclusions encourageantes à l’Institut National du Cancer (INCa). Ce rapport présente les résultats d’une expérimentation lancée en 2018 avec le soutien financier de l’INCa, de l’ARS La Réunion et de l’Union Européenne pour tester la dématérialisation de la 2e lecture des mammographies réalisées dans le cadre du dépistage organisé du cancer du sein.

Depuis juin 2018, une partie de ces mammographies réalisées à La Réunion s’appuient en effet sur les services numériques du GCS TESIS pour faciliter l’organisation et améliorer l’expérience des patientes. A l’issue de la première lecture faite par le radiologue lors de l’examen, le cliché est transmis numériquement en temps réel au CRCDC afin qu’il puisse organiser plus rapidement et efficacement une 2e lecture, prévue pour augmenter la fiabilité du diagnostic.

Les résultats sont explicites : grâce au numérique, le diagnostic des patientes est plus rapide, plus fiable, et les interactions entre les différents acteurs du processus sont plus faciles.

 


Des bénéfices jugés concluants par les utilisateurs

Le dispositif mis en place à La Réunion s’appuie sur des box installées au sein des centres d’imagerie :

  • Lorsqu’une patiente se présente pour une mammographie de dépistage organisé, son dossier est envoyé numériquement au CRCDC via cette box.
  • Le radiologue gagne du temps. La réalisation de l’examen et l’envoi du dossier prennent en moyenne 18 minutes 30 en cas de dossier papier ; seulement 14 minutes grâce à la dématérialisation.
  • Le CRCDC est alors notifié immédiatement des résultats dans ZEUS, son logiciel de gestion des dépistages. Le dossier de la patiente contient les images de l’examen, le compte-rendu du radiologue en première lecture ainsi qu’une fiche d’interprétation.
  • Si cette première lecture révèle une anomalie, le CRCDC peut ainsi prévenir plus rapidement la patiente du besoin de suivi.
  • Si le résultat est négatif, le CRCDC organise une 2e lecture pour confirmer l’absence de risque. Le centre invite un autre radiologue dans ses locaux pour compléter la fiche d’interprétation.
  • La 2e lecture se fait sur la console numérique installée au CRCDC. Cette console permet de fiabiliser l’interprétation.
  • Disposer d’un dossier numérique permet au CRCDC de gagner du temps dans la préparation de ces 2e lectures. Cette tâche prend en moyenne 4 minutes par examen lorsque le dossier est en version papier, et moins d’une minute grâce au dossier numérique.

Pour bien comprendre l’importance de ces quelques minutes gagnées à chaque étape du processus, il faut rappeler que le dépistage organisé du cancer du sein concerne 120 000 Réunionnaises. Cela représente plusieurs dizaines de milliers d’examens chaque année.

Grâce à la D2LM :

  • Les patientes obtiennent leurs résultats plus rapidement
  • Les radiologues disposent d’une console numérique pour l’interprétation en 2e lecture, ce qui rend les résultats plus fiables
  • Le CRCDC gagne du temps, sécurise et fiabilise la gestion des dossiers, et accède plus facilement aux antériorités des patientes

Au terme de l’expérimentation, les processus sont aujourd’hui pérennes au sein des quatre cabinets de radiologie pilotes : Groupe d’Imagerie Médicale Ouest (GIMO), Les Alizés, CIM Savannah et Cabinet de radiologie du Capricorne.

Favoriser un diagnostic précoce : l’objectif n°1 du Plan Cancer

Ce projet s’inscrit dans les actions lancées par l’INCa dans le cadre du Plan Cancer, dont l’objectif N°1 était de “favoriser un diagnostic plus précoce” pour permettre aux patients de bénéficier de traitements plus efficaces et de meilleurs pronostics.

En 2017, l’INCa a publié un appel à projets intitulé Expérimentation et évaluation de la dématérialisation des flux d’information associés à la mammographie numérique, avec pour finalité “d’accroître l’efficacité des programmes de dépistage organisé du cancer du sein et du cancer colorectal” (Action 1.6 du Plan Cancer).

Avec le soutien de l’ARS La Réunion et de l’Union Européenne, le CRCDC Réunion et le GCS TESIS ont répondu à cet appel en proposant de s’appuyer sur les services numériques déployés par le GCS TESIS pour mettre en place un projet de Dématérialisation de la Deuxième Lecture de Mammographies (D2LM) conforme avec les standards d’interopérabilité publiés par l’ANS. L’INCa a retenu leur candidature. L’expérimentation opérationnelle du dispositif a débuté au mois de juin 2018.

Une collaboration efficace entre de nombreux acteurs : radiologues, CRCDC, industriels et GRADeS

Cette expérimentation a permis d’équiper une dizaine de cabinets d’imagerie partenaires et le CRCDC avec le matériel nécessaire à la D2LM. Ce matériel comprend une console d’interprétation, les passerelles entre les cabinets d’imagerie et le CRCDC (box), et l’ interfaçage avec la plateforme régionale e-Santé pour l’archivage et la diffusion des résultats. La réalisation technique du projet a été confiée à la société OSI Santé France. Elle a choisi de s’appuyer sur la plateforme de dématérialisation du dépistage organisé KISANO.

Cette plateforme a été mise en conformité avec les standards d’interopérabilité du volet D2LM publié par l’Agence du Numérique en Santé, et s’appuie sur le standard international CDA R2 niveau 3. Les services sont opérationnels depuis juin 2018 avec les premiers centres d’imagerie partenaires réunionnais.

 

Conception & réalisation

Crédits photos
Gwaël Desbont